Etude préliminaire des risques de rupture de 22 lacs suite au séisme d'avril 2015

Image multi spectrale WorldView02 du Thulagi, résolution : 2.5m/pixel
Image multi spectrale WorldView02 du Thulagi, résolution : 2.5m/pixel

 

En août 2015, deux membres de GDH sont partis à Kathmandu pour collaborer avec le département d’hydrologie et de météorologie du Ministère de la Science, de la Technologie et de l'Environnement népalais (DHM) dans le but de faire une première analyse de l’impact du tremblement de terre sur les 21 lacs étant considérés les plus dangereux.

 

L’objectif de cette analyse est de donner un ordre de priorité sur les lacs où il est urgent d’effectuer une visite sur le terrain pour une évaluation complète du risque de rupture.

 

Pour réaliser ce travail, des images satellites haute résolution et des modèles numériques de terrain ont été utilisé. Lors de l'étude nous avons constaté que le Chola Tsho continuait à représenter un risque et nous avons décidé de l'ajouté à notre étude.

 

Les cinq lacs identifié comme prioritaires sont :

  1. Le Tsho Rolpa
  2. L’Imja Tsho
  3. Le lac Thulagi
  4. Le Lower Barun et le Chola Tsho
  5. Le Lumding Tsho

Cette liste nous permet de cibler les lacs où il est urgent de faire une mission de terrain afin d'effectuer une étude complète et d'établir une carte des risques puisqu'il ne s'agit que d'une étude préliminaire. 

 

Durant notre séjour à Kathmandu, nous avons également formé un ingénieur de DHM aux logiciels de système d’information géographique (SIG).

Cette carte a été réalisée à l'aide des données transmises par ICIMOD. Le 22ème lac que nous avons étudié n'y figure pas car il n'était pas dans la liste des 21 lacs considéré par ICIMOD. Il se trouve dans le district du Solukhumbu.
Cette carte a été réalisée à l'aide des données transmises par ICIMOD. Le 22ème lac que nous avons étudié n'y figure pas car il n'était pas dans la liste des 21 lacs considéré par ICIMOD. Il se trouve dans le district du Solukhumbu.

 

 

 

GDH tiens à remercier la Fondation IRIS pour son soutien financier qui a permis de réaliser cette mission.